» Accueil » Avant-propos

Avant-propos

Toute la louange appartient à Allah, que la miséricorde et le salut soient sur notre Prophète Muhammad, sur sa famille et tous ses compagnons.

Allah (l'Unique) dit : « Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux » .(Sourate 49 : Al-Hujurât, verset 13.)

Il est totalement erroné de penser que l’Islam n’honore pas la femme ni ne la respecte alors qu’Allah a dit dans le Qur’an :

« Si vous avez de l’aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien. » . (Sourate 4 : An-Nissâ’, verset 19.)

Il dit aussi :

« Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour les gens qui réfléchissent. (Sourate 30 : Ar-Rûm, verset 21.)

Ces derniers temps, de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer un changement du statut de la femme, afin qu’elle acquière des droits, accède à la liberté et soit enfin l’égale de l’homme. Il se peut que ces revendications soient justifiées dans certaines sociétés qui ne sont pas équitables envers les femmes et nient leurs droits, mais lorsque l’on accuse la société islamique de pareille injustice alors que c’est elle qui a reconnu la première des droits à la femme et lui a accordé sa liberté avant même qu’elle ne la réclame, le bât blesse.

Les doléances des prétendus défenseurs de la cause féminine tournent essentiellement autour de trois axes :

  1. lutte pour l’émancipation de la femme
  2. L’égalité des sexes
  3. La reconnaissance des droits de la femme

Abdou Rahman Abdul Karim Ach-Chaïhah

L’écrivain L. Veccia Vaglieri a dit dans son livre Défense de l’Islam, alors qu’elle est non musulmane : « Afin d’éviter la séduction à cause du mauvais comportement et prévenir ses conséquences, la femme musulmane doit porter le voile et couvrir tout son corps sauf ces parties dont la liberté totale est considérée comme indispensable : les yeux et les pieds. Cela n’est pas dû à un manque de respect pour les femmes, ni ne cherche à étouffer leur volonté, mais c’est plutôt pour les protéger des désirs des hommes. Cette règle très ancienne qui prescrit l’isolation des femmes des hommes et la vie éthique qui s’en suivra ont fait de la prostitution organisée quelque chose de complètement inconnu dans les pays orientaux sauf là où les étrangers ont une influence ou une autorité. Si personne ne peut nier la valeur de ces bénéfices, il nous incombe de conclure que la tradition du voile est une source de profit incessible dans la société islamique. »

Royaume d’Arabie Saoudite
Riyad 11535 BP 59565

Traduit de l’arabe par

Editions Assia
(Yaqub Chérif)

Revu par

Njikum Yahya D.
Soltani Abdelhamid